:: Gestion du sorcier :: Presentations et Predefinis :: Présentations validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

you wanna prove you're a better man | RUDY

avatar
Rudy M. Steinmann
directeur des lunes
Messages : 45
Date d'inscription : 02/08/2017
Année d'étude/Poste : Professeur de Potion
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 19 Aoû - 19:28
Rudy M. Steinmann
Robert Small
Dream Daddy

 
Statut de sang
Sang Mêlé
Particularité
Il a deux tatouage. L'un sur la main gauche formant un hexagone et un corbeau sur le haut du dos.
Nationalité
Allemand
Âge
41
Poste
Directeur des Lunes et Professeur de Potion.
Ancienne Maison
Lune, obvisouly.
Animal de compagnie
Chatte Commune Noir portant le nom de Lore.
Baguette
Bois de Prunellier, Griffe de Fléreur, 27cm. Fiabilité sans faille.
Patronus
Glouton/Carcajou
Epouvantard
Une chambre d'enfant vide.
Amortentia
L'odeur du whiskey, de sa maison en Allemagne et l'odeur du bois humide.

   
Faits en vrac
Il se prénomme Rudy parce que ses parents appréhendaient à avoir une fille ♦️ Il s'est donc vengé plus tard en donnant un nom féminin à son fils ♦️ Il était potionniste dans un hôpital magique avant de devenir professeur et il y était réputé pour ses remèdes à un grands nombres de poisons ♦️ Le café et l'alcool représente sa vie ♦️ Il est votre pire cauchemar s'il n'a pas pris son café le matin ♦️ Il a la mauvaise habitude de glisser un peu de whisky dans son café lorsqu'il a mal dormi la veille ♦️ Il est gauché ♦️ Il possède au moto volante ♦️ Il a tendance à disparaître lorsqu'il n'a plus rien à faire de la journée ♦️ Il n'aime pas spécialement le quidditch, mais ne manquera jamais un match de sa maison ♦️ Personne n'a le droit de toucher à son fils. Vous êtes prévenu ♦️ Il est marié avec Jill ♦️ Ne lui demander pas qui est Jill ♦️ Il écoute toujours du bon métal sale lorsqu'il corrige les devoirs de ses élèves ♦️ Il est le premier à aller casser la gueule de Virgile quand il fait de la merde ou qu'il dérange son cours ♦️ Il arrive à dormir les yeux ouverts ♦️ Il fume, mais il sait que son fils n'aime pas cela ♦️ Il fait les meilleurs crêpes au monde, aux yeux de Dolly bien sûre ♦️ D'ailleurs, il fait des déjeuners spécial crêpes dans les dortoirs des lunes parfois.

   
Caractère
Tu t'entêtes Rudy. Tu ne plies pas. Tu ne penches pas, même pas pour toi-même. Tu t'acharnes. Tu te défonces alors que plusieurs auraient déjà abandonné, mais toi, tu n'arrêtes jamais. Si rien ne se passe pas comme tu le désires, tu persistes. Tu frappes, tu cognes, mais tu n'arrêtes pas lorsque tes mains sont en sang puisque tu es persévérant. Tête dur diront certains, c'est pourtant ce qui te qualifie le plus. Faisant très souvent à ta guise, te laisse bercer par tes désirs et tes devoirs en tant que directeur de Maisons, tu te forces à donner à tes élèves le meilleur de toi mêmes parce que dans le fond, tu restes ce que tu as été le plus longtemps de ta vie.

Un père. Un père sérieux qui vous pousse à travailler pour obtenir ce que vous désirez dans la vie, mais un père clément qui vous protège comme un oiseau et son nid. Il couvre. Il a le temps de le faire et le fait très bien depuis maintenant une dizaine d'année. Étant le papa gâteau des Lunes, il s'amuse à rendre leur vie scolaire un peu plus intéressante, mais reste tout de même modeste. Sans trop s'avancer dans l'extravagance comme un certain professeur de vol, il s'amuse toutefois des surprises que ses élèves lui offrent en dessert de fin semestre. Il admire leur ambition, la passion dans leur regard lorsqu'ils accomplissent prouesse, quelle quel soit. Ils le rendent nostalgique le petit vieux. Il se rappelle lorsqu'il avait leur âge et que tout ce qui comptait à ses yeux s'étaient d'impressionner par son ambition et sa ruse. Il avait plus d'un tour dans son sac et, maintenant, il offre ses trucs et ses petites malices à ses élèves.

Un mauvais professeur? Loin de là. Alors qu'il peut paraître comme le professeur casse pied, celui avec qui il ne faut pas faire de faux pas, il est toutefois un très bon confident. Écoutant plus qu'il ne parle, il s'amuse à rendre chaque élève spécial à ses yeux en faisant quelques petits contrat avec eux s'ils ont une bonne attitude dans ses cours. Tu as un bon fond Rudy. Même si tu ne laisses que la pointe de l'iceberg se dévoiler, ceux qui arrivent à te faire sortir de ton petit monde découvre un homme attachant qui rira de toute la merde que vous sortirez de votre bouche.

Oh Rudy, pourtant, tu essayes toujours de t'améliorer. Tu désires être parfait. Peut-être un peu trop.

   
Histoire
Tu étais un monstre Rudy. Vert de malchance, couvert d'écaille de déception, de princesse, tu étais devenu un dragon dont la surprise n'avait pas autant plus à tes parents. Sifflant, criant, le petit ange qu'ils avaient pourtant désiré si fort leur avait été volé et remplacer. Bien que maintenant, la rancune n'affecte plus autant ton cœur, celui que tu portais lorsque tu n'étais qu'un petit gamin pleurant de grosses larmes en s'étant ouvert le genou dans la cour de la petite école, lui il avait été encré. Tu avais vite senti cette infime pression sur tes épaules. Tu savais que tu devais avancer, que tu devais être meilleurs que les autres. Tu voulais qu'ils soient fiers de toi. Tu voulais qu'ils te regardent. Toi et rien d'autre. Toi qui vivait dans une famille où tout n'était que contrôle, routine et accoutumance, tu appris vite à te mettre à ta place, mais tous changea lorsque tu reçus ce hibou. Ce papier parfumé d'une odeur de liberté, tu n'eus aucun mal à perdre tes attachements et tes repères de l'Allemagne. Tu pouvais enfin sortir et être celui que tu avais toujours voulu. De gamin silencieux et sérieux, tu devins celui qui osait. Celui qui s'amusait de ses prouesses en classe. Tu avais envie de montrer à tout le monde que tu n'étais pas qu'un être banal. Tu voulais leur montrer. Tu voulais être plus haut. Mais au fond Rudy, tu le sais bien. En vérité, tu voulais juste impressionner tes parents. Tu voulais qu'ils te voient plus que l'enfant leur appartenant. Tu voulais qu'ils soient fiers de toi.

Et tu réussis lorsque tu graduas. Oh Rudy, tu avais travaillé si fort.

[…]

On t'avait félicité Rudy. Tous comme tes parents aux yeux luisant, du reste de ta famille qui avait été comblé par tes résultats, tu étais prêt. Tu serais le nouveau médicomage de la famille. Ton avenir allait être remplit de bonheur, qu'ils disaient. Tes journées allaient être celle que tous rêve d'avoir, murmuraient-ils. Ils avaient tant mis d'effort pour ne pas que tu te détournes de leur objectif, mais tu réalisas bien vite que, alors que l'on attendait qu'une chose de toi, tu divaguas. Bien que les vies étaient la priorité dans hôpital où tu travaillais, ta curiosité et ton intérêt fut attrapé par la section de potioniste. Les observant durant tes pauses, portant tes mains à venir découvrir leur univers, cela ne fut point surprenant pour eux lorsque tu demandas d'être changé de faction. Après tous, tu avais toujours été passionné parce qu'un simple liquide pouvait faire aux corps. Des saignements par ici, du sang coagulant par là, tu te laissas traîner dans ce petit monde de stress et de réaction à l'inconnu jusqu'à ce qu'un autre poison vienne s'infiltrer dans ton système sanguin. Un doux fléau aux dents tranchantes. Le whisky, le premier amour de ta vie. Il était celui qui te berçait le soir lorsque ton corps n'arrivait plus à suivre. Il était celui qui te faisait oublier la fatigue de tes journées sans fin et il était celui qui allait changer ta vie à jamais.

[…]

Tu as toujours ce goût amer sur la langue. Cette délicieuse brûlure d'alcool et de regret qui te rappelait cette erreur, cette tentation jubilâtes à laquelle tu avais pliée. Bien que ton esprit ne ressemble qu'à un casse-tête dont la table avait été jeté à travers la pièce, tu ramassais les morceaux, petit à petit et tu les observais. Un morceau de bar, un autre d'une rue, l'autre d'un lit. Tu reformais ta soirée de la veille avec peine et panique alors que ton corps se refusait le moindre mouvement. Un clou planté dans le crane, une ouverture béante jusqu'à la moelle, plus tu prenais de morceaux entre tes mains, plus la douleur devenait vif. Elle était impatiente et si elle ne l'était pas, elle le semblait. Elle semblait te tirer, elle voulait que tu te rappelles alors que l'image devenait de plus en plus clair. Les odeurs te revenaient, les sensations et le plaisir. Tu te rappelais le contact entre ta peau et la sienne. Tu te rappelais cette friction entre vos deux êtres alors que tous tournaient dans ton esprit.

Toutefois, ce que fut que neuf mois plus tard que tout s'éclaira d'une lumière béante lorsqu'un bruit grave résonna dans la maison. Trois coups, trois sans rythme, sans douceur. Trois qui ne fut point suivi d'un quatrième. Trois nets alors que tu te dirigeais vers la porte ayant reçu les coups. Un, deux, trois et un cri lorsque tu ouvris la porte. Aigu, dérangeant, mais bien vivant. Un cri qui te rappela cette soirée brumeuse, un cri quémandant un contact chaud alors que tu te penchas pour prendre le nouveau né dans tes bras. Un cri qui était parfumé de mauvais choix, mais ce fut le cri qui changea ta vie à jamais.

[...]

Le cri distinctif, un cri quémandant, un cri affamé et un cri de joie. Un mélange de lettre qui finirent par former des phrases. Des gazouillements qui finirent par devenir un mot « Papa » Oh Rudy, si on t'avait dit que ton monde aurait tourné autour d'un petit être te tendant les bras, tu n'y aurais pas crus. Déjà, vu ce que tu étais, ce que tu aimais et n'aimais pas, jamais, Ô grand jamais, tu aurais pensé finir père. Que chaque matin, ce qui t'aurait forcé à quitter ton lit c'était l'appréhension et le désir de voir ce petit visage d'illuminer lorsque ouvrirait la porte de sa chambre. Il était le soleil qui te chatouillait le nez, il était la lune qui se perchait de rêve et d'impatience au futur. Mais d'ailleurs, qu'allait-il advenir de ton futur? De votre futur? Ton travail était bien trop imposant, adsorbant toutes les heures que tu devrais passer avec ton fils, tu finis par prendre la décision de quitter ton travail. Bien que l'on attendait beaucoup de toi, que tu déçus un grand nombre de collègue par ton départ, tu ne t'apitoyas par sur leur sort. Il n'y avait que ton fils qui comptait le plus à tes yeux, mais aux fils des années, tu réalisas que tu avais ce besoin d'accomplir. Alors que tes journées étaient en partis constitué demoment spécial avec ton gamin, il te manquait quelque chose.

Une occupation, une responsabilité autre et ce fut vraiment sur un coup de tête que tu appliquas à l'école BeauxBatons lorsque tu vis cette annonce dans les feuilles minces du journal de la ville. Tu n'avais jamais pensé à enseigner. Cette idée ne t'avait jamais traversé l'esprit, mais tu fus plus que surpris lorsque l'on te répondus avec une réponse positive. Tu avais été choisi pour être le nouveau professeur potion de la prestigieuse école, mais pour combler ce vide, il te fallut dire au revoir à ton fils. Alors que ses mains te tenaient les doigts, ton petit ange ayant maintenant sept ans, tu tendis sa main vers celle de ta mère. Tu le devais. Il allait devoir vivre avec tes parents maintenant que tu devais devenir enseignant. Ayant tout de même demander à la directrice s'il était possible qu'il emmène le jeune avec lui, il eut un poids au cœur lorsque la réponse lui fut négative, mais il était décidé. Il allait avoir un nouveau boulot pour subvenir davantage à son fils. Il faisait tout pour lui de toute façon. Il était son univers.

[...]

Tes doigts cognaient. L'un après l'autre, tu les écrasais sur la table devant toi. Un, deux trois, les coups accompagnant ta hâte et ton impatience, tu avais ton regard planté dans les jeunes qui étaient regroupés dans une mer d'inquiétude et d'appréhension. Leur regard criant leur crainte, la peur de l'inconnu et du jeu du sort, tu te foutais toutefois grandement d'une bonne partie du groupe. Tes ongles maltraitant le bois, il n'y en avait qu'un qui comptait. Tu l'avais très vite repéré. Ses cheveux bruns en bataille, ce petit ayant constamment un ours mal lécher coller aux cheveux, il te décrochait un sourire. Bien que ton anxiété jouait de tes tripes, ayant autant d'appréhension que lui, tu étais ému. Surprenant diront certains probablement, mais en ce jour de septembre, tu étais vraiment heureux. Tu avais enfin ce dont tu désirais le plus au monde. Alors que pendant de nombreuses années, tu ne pouvais le voir autant que tu l'aurais voulu, ayant été obligé de le laisser entre les mains bienveillante de tes parents en Allemagne, tu allais enfin pouvoir vivre avec lui. Ton fils. L'être de tes jours et tes nuits. Oh il t'en avait jalousement pris des heures de sommeil durant son jeune âge, mais tu ne regrettais rien. Pas un transplanage, pas la moindre minute durant lesquels tu devais voler au-dessus du monde sur le dos de ta moto pour ne serait-ce que de le prendre dans tes bras. Ce petit qui s'amusait tant à prendre tes traits au fil des années. Tu ne l'échangerais pour rien au monde et, alors que l'on te prenait souvent pour un homme sérieux, ce fut des larmes discrètes qui firent leur chemin sur tes jours lorsque tu l'entendus cité l'une des lunes de notre grand univers.


 
derrière l'écran

   
Pseudo
dood
Âge
24 y/o
Sexe
Houloukakakou
Comment as-tu découvert le forum ?
En vrai, on me traine partout comme un chien de poche alors, autant vivre ma vie de chien, woof ♥️
Suggestion
Plus de bébé lune ♥️

     
PERFECT EDGY DADDY PERFECT EDGY DADDY PERFECT EDGY DADDY PERFECT EDGY DADDY
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alois S. Vogel
aide-infirmier
Messages : 141
Date d'inscription : 01/08/2017
Année d'étude/Poste : Aide-infirmier
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 23 Aoû - 23:42
Mais ce dad en puissance pls. hellfire
Il est perf ok ?

(Même s'il a l'air d'un vieux con avec ses airs d'ours mal léché ♥)

_________________
i got a spell for that ;
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dolly P-A. Steinmann
septième année
Messages : 41
Date d'inscription : 08/08/2017
Année d'étude/Poste : 7ème
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 27 Aoû - 12:45
DADDY cry2
T'ES LE MEILLEUR DES DADDIES OK ? cry
TA FICHE EST JUSTE justright

_________________
NO LIGHT IN
HIS BRIGHT BLUE EYES
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Avis
compte fondateur
Messages : 216
Date d'inscription : 08/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 28 Aoû - 23:30
BIENVENUE SUR LE FORUM
Parce que je sais que tu attends ce moment avec impatience depuis hier, je ne vais pas m'attarder et te valider de ce pas. Amuse toi bien avec Jill huhu

Tu peux recenser ton avatar, faire une demande de liens dans ce sujet, n'oublie pas de créer ton cours/t'inscrire aux cours et si le coeur t'en dis, trouver ta place dans l'un des clubs de l'école !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Beauxbâtons :: Gestion du sorcier :: Presentations et Predefinis :: Présentations validées-
Sauter vers: