:: Gestion du sorcier :: Presentations et Predefinis Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Octave de Warens-Grimaldi * Je suis de ces étoiles filantes... [FINI]

avatar
Invité
Invité
Mar 12 Déc - 17:37
Invité

Octave de Warens-Grimaldi

Hercules Poirot
ac Agathe Christie

statut de sang +
Sans-Magie, officiellement ; & Sang-Mêlé, officieusement

particularité +
Survivant de la Seconde guerre mondiale

nationalité +
Franco-monégasque, officiellement ; Belgo-monégasque, officieusement

âge +
Septante-huit ans

année d'étude +
Toutes faites à Beauxbatons !

maison +
La Lune

animal de compagnie +
Une pigeonne à l'allure bleutée, qu'il a nommé « Madame »

baguette +
Bois en Aulne ; cœur en cheveux de Centaure ; 19,40 cm ; très rigide ; épurée, quoique le manche soit fait sur-mesure pour une meilleure prise en main.

patronus +
Une colombe, symbole d'espoir & de paix.

épouvantard +
Un policier de la Gestapo lui ordonnant de le suivre & de se tenir tranquille.

amortentia +
— Crème au chocolat – son dessert préféré
—Terre & herbe mouillées – il est tombé avec son frère dedans en jouant au foot par temps pluvieux
— Parfum d'orange – celui de Sabine Miron

sortilège préféré +
Ridikkulus, pour combattre son épouvantard.

créature magique préférée +
Le phénix : comme lui, il renaît de ses cendres – ayant failli en devenir – grâce à sa nouvelle vie dans la Maison de Warens-Grimaldi.

plante magique préférée +
Buisson ardent – comment YHWH s'est révélé à Moïse



faits divers +
Ses moustaches en croc lui ont étés inspirée par Dali qu'il a rencontré en 1974 × il lui confia qu'il adorait le surréalisme × il aime jardiner  × sa baguette s'appelle « Léopold-III », comme le Roi des Belges de ses onze ans × puisqu'en 1950, il est entré fébrile à Beauxbâtons  × & déteste les feux d'artifice, ça lui rappelle les bombes  ×  il lui arrive de faire des conventions pour signer des autographes  ×  depuis la guerre, il est critique envers les Allemands  × & se retient de traiter ses étudiants de « Boches »  ×  d'ailleurs, il a décidé de ne pas intervenir aux commémorations sur la S.G.M.



caractère +
Parce qu'il a vécu des événements difficiles, il en reste tourmenté, secret, mais se tourne vers l'avenir, continuant à avancer dans la vie depuis son adoption, & son passé nébuleux ; diplomate, il reste soucieux de la sauvegarde de la morale, de la tolérance, de l'éthique & de la paix.

Il vit dans le présent, mais un présent fait d'habitudes, où tout est à sa place, rien ne change, ce qui fait qu'il a des difficultées pour s'adapter aux nouvelles technologies. Toujours traumatisé par la guerre, on ressent une certaine détresse dans ses mots, mélangé avec un calme dans l'écriture, un calme froid & calculé.

Obligeant dans ses manières, par son éducation nobiliaire, il est rare qu'il se mette en colère, pour rester souriant & poli. Minutieux, il aime quand tout est bien réglé lors de ses représentations. Assez cultivé, il n'hésite pas à utiliser ses « petites cellules grises » pour résoudre les quelques problèmes qui peuvent arriver sans prévenir.



histoire +
Portrait de la semaine : Octave de Warens-Grimaldi, par G. Berjie, le 4 Mai 2013

Sorcier reconnu comme l'un des plus illustres membres de familles nobles Sans-magies, compositeur de tragédies et de poèmes, ayant poursuivi une carrière politique réussie dans l'ambassade française en Allemagne.
Nous sommes à l'époque de Louis II Grimaldi de la Principauté de Monaco, qui se forgea une réputation de Prince-Soldat, qui avait déjà quelques aventures, dont une fille illégitime et légitimée, Charlotte. Louis II, lors de l'entre-deux guerre, en 1936, désirait une jeune fille nommée Louise de Warens, une sorcière de souche Sans-magie.
Il l'installera à Chambéry, où vécu naguère la sulfureuse Madame de Warens, dans une suite qu'elle aménagera à sa convenance. Aussi, elle avait le titre de courtoisie de « baronne de Warens », étant une fille du mari de Françoise-Louise de Warens, divorcée de ce même homme.
On sait qu'il y a eut un enfant mâle après le divorce, & qu'il l'eut avec une certaine Michèle de Fenthal, aristocrate fortunée. S'ensuivent quatre générations – dont un Octave de Warens – jusqu'à la jeune demoiselle.

La seconde guerre mondiale apporte son lot de peine et de souffrance pour Louise, installée dans la région du Rhône pour l'été. En 1939, alors qu'elle a trente ans, les combats éclatent et elle accouche discrètement d'un jeune enfant, le 26 Juin, à treize heure : le Prince Octave Louis Albert Jacques de Warens-Grimaldi venait de pousser son premier cri. Mais Louis II impose à sa concubine de se taire, car il ne veut pas qu'elle soit éclaboussée par le caractère germanophile du Prince monégasque avec l'Allemagne nazie.
Lorsque le jeune Sorcier sorti de Beauxbâtons, en 1957, et venant de la Maison de la Lune, il prend la direction de la Sorbonne à Paris pour découvrir la philosophie, la politique approfondie et l'écriture, de suivre une carrière prometteuse de dramaturge talentueux à la Comédie Française, écrivant quelques poèmes et romans de temps à autres.
A la même époque, il se maria avec Nadine de Saint-Remy, aristocrate, avec qui il eut trois enfants, qui donnèrent eux-mêmes douze petits-enfants. Ils sont tous vivants, sauf Madame de Saint-Rémy, morte peu avant le millénaire, le 28 décembre 1999, d'une chute de cheval.

Peu avant, en 1949, il fini par complètement sortir de l'ombre avec sa mère, à la surprise certaine de Rainier III de Monaco – époux de la mannequin Grace Kelly –, quand on ouvrit le testament de son grand-père Louis ; la nouvelle fit grand bruit, pour finalement s'estomper ; mais le Prince de Warens-Grimaldi disait « ne pas vouloir prétendre au trône de Monaco, et [il était] fier de pouvoir obtenir officiellement la nationalité monégasque », tout en venant rendre visite à la famille Princière par moment, en affirmant des rapports plutôt bons.
Devenu un homme reconnu dans le monde littéraire et médiatique, en 1980, à quarante-et-un an, et pétri de bonnes intentions, le Ministre de la France Magique lui demanda s'il acceptait d'être l'Ambassadeur en Allemagne sorcière ; Octave de Warrens-Grimaldi décidera de suivre une carrière politique pendant onze années pour retourner à son travail initial, sans donner de raisons, si ce n'est cette réponse floue : « J'estime quitter le monde politique car j'ai fait ce que j'avais à faire, et je suis satisfait. »

Jusqu'en 1991, l'homme s'était fait remarquer par son tempérament direct et sérieux, mêlé à une curiosité enfantine ; un événement marquant dans la presse sorcière, ou non, fut sa visite, le 24 juin de la même année, au nazi Klaus Barbie. Incarcéré à la prison Saint-Joseph de Lyon, ville où il a sévit, jusqu'à sa mort de deux cancers. Le Prince ne s'expliqua jamais sur cette entrevue, encore aujourd'hui, et c'est en 2011, alors âgée de soixante-et-un ans, que l'homme se retire à Portbrave, dans une petite maison du coin.



25 Septembre 2014

Mon cher journal,

Aujourd'hui, cela fait 23 ans, jour pour jour, que j'ai assassiné Klaus Barbie. Je n'ai aucun regret, bien que j'ai quelques remords, car j'étais animé par la colère, & l'envie de vengeance. Après toutes ces années, Barbie avait réussi à faire ami-ami avec quelques services secrets étatsuniens, puis de s'exiler paisiblement en Bolivie, avant qu'on ne retrouve sa trace par une confession à un journaliste Français. Je pense, sans prendre du tout sa défense, qu'il pouvait avoir des regrets sur ses actes, à moins que cet homme n'ait aucun scrupule, auquel cas, je lui souhaite bien le feu de l'Enfer !
Ce que je vais te dire va devoir rester entre nous, & toutes les personnes de confiance qui étaient au courant sont mortes, donc je te le confie tout de même : je ne suis pas chrétien, je suis juif ; je ne suis pas Franco-monégasque, je suis Belgo-monégasque ; je ne suis pas fils de sorcière Née-Moldue — comme disent les Anglais — & d'un Sans-magie, je suis fils d'un sorcier & d'une sorcière mêlés ; je ne suis pas fils unique, j'avais un grand frère (Cracmol). Et je ne suis pas Octave de Warens-Grimaldi, mais Albert Bulka, dit Coco.
Je suis officiellement mort à 4 ans, dans le camps d'extermination d'Auschwitz, gazé avec mon frère Marcel (Majer) de 13 ans, & les quarante-deux autres enfants de la rafle d'Izieu, ainsi que sept adultes ; je suis déporté avec mon frère par le premier convoi, le n° 71, le 13 avril 1944, & mort le 15. Nos parents furent déportés & achevés dans les camps, un ou deux ans avant la rafle, quand mon frère avait 11-12 ans, & moi 2-3. L'on pourrait se demander comment j'ai bien put survivre, & c'est très simple : par Sabine & Miron Zlatin, nos passeurs, nous avions des alliés sorciers, & des sorciers ayant réussis haut la main leurs examens à Durmstrang. La veille de la rafle, où Sabine avait un mauvais pressentiment, Marcel demanda à ce que je parte avec elle, pour être caché chez l'abbé du coin. Mais elle refusa, jugeant cela trop dangereux ; elle s'en mordit les doigts car, miracle ! elle avait transplané jusqu'à Drancy où nous faisions escale lors de notre « voyage ».
Cela étant, nous étions à l'écart, sans grande surveillance à ce moment, & avec Marcel, nous la vîmes apparaître devant nous, mais je ne posai pas de question, qu'elle me prenait dans ses bras, & nous disparaissions tout les deux.
Je ne connus la machination seulement que plus tard : sitôt informée d'où j'étais, elle partit me chercher, puis ensorcela les bonnes personnes pour faire croire que j'étais bien arrivé & mort au camp. Tout cela m'avais laissé un goût amer dans la bouche : toute ma famille est morte, sauf moi. J'admets, en revanche, que Notre Seigneur YHWH, à été fin joueur sur ce coup là, mais j'ai encore ce sentiment de culpabilité ; c'est à ce moment, que j'ai commencé à devenir croyant, & encore plus quand Sabine demanda à Louise de m'adopter.
Par YHWH, e ne raconte pas le nombre de sortilèges furent lancés sur Louis II, les quelques domestiques, & les notables pour faire croire à l'accouchement, &c. ! Je suis assez surpris, néanmoins, qu'elle ait réussi… A-t-elle utilisé du polynectar sur un mort pour qu'il me ressemble ? Je n'en ai point la moindre idée, mais ce n'est pas irréel, quoique, fantastique, au sens impossible.
Je suis de ces étoiles filantes qui ont eu la chance de survivre au trou noir ; mais cette journée hantera mes nuits, tout comme Klaus Barbie, à qui la visite fut plutôt calme. Comme il était bien malade, je n'avais pas le cœur à le faire bouger de sa cellule ; je souhaitais qu'on nous laisse seuls.
Savez-vous qui je suis, Monsieur Barbie ?
Il me regarda de son air placide.
Fou sêste un Grimaldi, non ?
—  En effet. répondis-je en souriant. Mais je suis aussi quelque chose de surprenant.
Comment fela ?
Mon homme intrigué, je souri davantage, & je m'approche un peu plus.
—  Je suis né Albert Bulka, je suis juif, & j'ai été des enfants raflés d'Izieu.
Comme je m'y attendais, il rigola.
Ah, ah ! Très bonne blague, Altesse, mais che crains qu'il fou faudra troufer quelqu'un de plus crédule pour ce chenre de canulars...
—  Ce n'est pas un canular, Monsieur Barbie !  Permettez un instant quelque chose...
Me levant sous son regard, je lançai quelques sorts repousse-Moldus, sous son expression stupéfaite.
Legilimens !
Et là, je lui donnai à regarder dans mes souvenirs. Quand nous revîmes à la réalité, il s'affala sur son lit, tandis que j'annulai mes sortilèges. Sitôt fait, je demandai à ce que le garde vienne ; & j'eu pris la peine de lui lancer un : «  Oubliette » sur ce qui s'est passé ces dernières minutes. Après avoir mûrement réfléchi à monacte, le 25 Septembre dans la nuit, je me faufilai dans la prison, & le tuai alors qu'il dormait, d'un : «  Avada Kedavra » assez sourd pour ne pas le réveiller, ou alerter les vigiles.

Sans lien avec plus haut, je m'en vais aussi, demain, poster ma candidature à Beauxbâtons pour être leur prof de théâtre — prenons cela comme une forme de retraite — tout en continuant de vivre à Portbrave ; j'ai trop peur que ma maison ne soient volée en mon absence…

Extrait du journal intime.



et vous ? +
Bonjour, je m'appelle Eliott, & je suis content d'être ici, espérant être validé pour de bons Rps !
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Beauxbâtons :: Gestion du sorcier :: Presentations et Predefinis-
Sauter vers: