:: Gestion du sorcier :: Presentations et Predefinis :: Présentations validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[100%] Fellows I meet may tell me I'm sweet and willingly I believe - Céleste Clobert

avatar
Céleste Clobert
sixième année
Messages : 9
Date d'inscription : 20/09/2017
Année d'étude/Poste : 6e année
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 20 Sep - 20:42
Céleste Emilien Clobert
mon enfant (Céleste/OC)
mon cerveau (ma création)

 
Statut de sang
Sang-mêlé
Particularité
Céleste à une grande facilité avec la divination et l'astronomie il prédit régulièrement le repas du midi et fait des horoscopes personnalisé à ses amis.
Nationalité
Français
Âge
16 ans
Année d'études
6e
Maison
Etoile
Animal de compagnie
Chat noir à poil court familiale
Baguette
Une baguette de vingt centimètre, au bois ébène avec un coeur fait d'une plume de harpie, très rigide.
Patronus
Vison
Epouvantard
Son père le rejetant, dédaigneux et froid.
Amortentia
Une cigarette mentholée, un mélange de différents parfums masculins surpassés par le Chanel n°5 de sa mère, et l'odeur ancienne de l'immeuble haussmannien de son enfance

   
Faits en vrac
Céleste aspire à devenir escort, comme sa mère adorée ♡ Il a toujours voulu aller à Poudlard plus qu'à Beauxbâtons, son père qu'il ne voit jamais (et n'a jamais vraiment vu) y ayant enseigné pendant longtemps, il aurai simplement voulu se sentir plus proche de lui ♡ Sa mère elle aussi y a enseigné ♡ De par sa famille majoritairement britannique, Céleste utilise quasi uniquement le terme muggle/moldu et non Sans Magie ♡ Il se teint les cheveux depuis sa troisième année, plus les années passent, plus ses cheveux s’éclaircissent, il compte avoir les cheveux complètement blanc avant ses vingt-et-un ans, il est naturellement brun noir ♡ Il adore son prénom, il trouve qu'il a d'ailleurs été créé pour lui ♡ Tous les matins, il doit passer entre une à deux heure pour se préparer. Faux cils, blush, gloss à la pêche ou à la cerise, bigoudis à enlever, cheveux à brusher, c'est une horreur de devoir attendre derrière quand on est un lève tôt ♡ Parce que pour son ravalement de façade quotidien, il se réveille au moins trois heures avant le petit déjeuner, il se sait en effet insupportable à faire attendre toute sa chambrée ♡ Il fume aussi très souvent (et pas que des cigarettes) par mimétisme de ses deux parents depuis qu'il a 14 ans. Sa première cigarette a été consommée en cachette dans les toilettes avec trois serviettes humides sur le bas de la porte pour éviter à la fumée d'envahir les autres pièces, quand il avait 11 ans, avant de se faire attraper par sa mère qui lui a gentiment dit que niveau discrétion il aurai pu faire mieux, et lui interdire de recommencer machinalement ♡ Il a sur certains mots (surtout anglais) un accent britannique très prononcé, il lui arrive régulièrement d'oublier ce qu'il voulait d'ailleurs dire en français et le remplacer automatiquement par son équivalent anglais ou d'y réfléchir pendant trois quart d'heure avant d'abandonner et changer carrément de sujet. De fait, Céleste par son père venant de Northumberland et sa mère polyglotte est devenu bilingue très jeune.

   
Caractère
De but en blanc, il est très simple de parler de Céleste. Le jeune homme est particulièrement bien instruit, de par sa mère polyglotte et traductrice de rune, ou son père, astronome et britannique. Il sait parler le français, l’anglais, et les toutes petites bases de quelques langues slaves, comme le polonais, pays d’origine de sa génitrice, ou encore déchiffrer quelques paragraphes d’anciens livres (surtout aider par les post-it de sa mère sur toutes les pages). Il connait aussi par cœur chaque constellations, lunes, planètes et étoiles de notre système solaire, se renseignant régulièrement sur les nouvelles découvertes de la NASA, et est un grand enthousiaste de l’espace et l’univers en général, espérant un jour plaire et être remarqué par son père en faisant autant d’efforts. Il adore aussi la littérature, la poésie, et les musiques vintage, même s’il n’a strictement rien contre écouter fréquemment d’autres genre et artistes plus récent, il apprécie particulièrement Lana Del Rey, par exemple.

C’est aussi un jeune homme très facile à aborder, une simple salutation amicale et il peut vous tenir la jambe pendant un bon quart d'heure, une qualité (ou défaut) qu’il a hérité de son oncle encore plus bavard que lui. D’une grande politesse, il lui arrive pourtant souvent de devenir très taquin s’il vous apprécie, voir même un peu insolant, ou arrogant, mais uniquement s’il sent que cela ne dérangera pas son interlocuteur. Il aime beaucoup les compliments, quand on lui en fait, immanquablement il vous répondra un « je sais » très sûr de lui. Chez Céleste, il est aussi fréquent de desceller une certaine sensualité enfantine, un mimétisme de la personnalité de sa mère que lui-même n’a jamais remarqué. Très souvent dans le flirt, et à l’affut d’un prochain compagnon de jeu, le jeune homme aime beaucoup faire tourner la tête des garçons semblant intéressé par lui, aussi rare peuvent-ils se faire, raison de plus pour ne jamais manquer l’occasion d’envoyer un clin d’œil, ou de battre un peu plus des cils que d’habitude.

Il est aussi très observateur, et prend son temps pour cerner les personnes avec qui il rentre en contact, aussi bref soit-il. Non pas qu’il y arrive à chaque fois, ou même souvent, parfois il peut ne rien comprendre à une personne même après trois ans de proximité, mais il n’aime pas ne pas essayer de savoir à qui il a à faire. Il peut être particulièrement manipulateur, aussi, pour ses propres intérêts, mais jamais contre ceux de la personne en face de lui. S’il peut parfois être mesquin avec les gens qu’il déteste, Céleste fait de son mieux pour ne jamais être méchant ou nocif le reste du temps, malgré son franc parlé très sec par moment.

Désirant le même métier peu commun que sa maman adorée, et voulant aussi se frotter à toutes les anecdotes bien drôles qu’elle lui avait raconté de ses propres histoires de cœur à Beauxbâtons, il arrive régulièrement de voir Céleste changer de partenaire à la semaine, ou au mois, voir même d’un jour à l’autre. Après tout, rester avec quelqu’un ne l’intéresse pas, et quand une opportunité plus intéressante se fait savoir, il ne la refuse jamais. Mais jamais il ne fait miroiter autre chose qu’une amitié à avantages à ses nombreux Jules, parce que faire souffrir les gens, briser des cœurs ou même des couples, c’est totalement contre ses principes.

D’ailleurs, ses principes, il y reste toujours très fidèle. Il ne supporte pas la déloyauté, ni le mensonge, et si jamais quelqu'un fait du mal à lui ou à ses proches, il le rendra trois fois plus fort. Il ne s’associe jamais aux personnes qu’il trouve malhonnêtes, et il refuse de juger quelqu’un par son apparence; Cela dit, il le fera volontiers pour médire avec ses amis gentiment, loin des oreilles du concerné, mais si l’occasion de rencontrer cette personne et apprendre à la connaître se présente, il sautera dessus pour devenir amis dans la seconde, sans aucunes arrières pensés. Il déteste tout ce qui touche de près ou de loin à la cuisine. Le fait est qu’il cuisine très bien, et il le fait pour des occasions ou des personnes spéciales, méritantes même, néanmoins, il ne supporte pas d’avoir les mains usées, sales, ou odorantes. Cela va de même pour toute son apparence physique en général, dont il prend très grand soin. Sa plus grande hantise est de passer le cap des trente ans. Il a la phobie de vieillir, de ne plus être beau, mignon, désirable ou apte à faire son futur travail de rêve.

Grand fan de musical, il apprend à danser, jouer et chanter depuis très jeune, il a fait de ses 5 à 8 ans du mannequinat pour enfant, encouragé par sa mère ravie de savoir son enfant déjà bien dans sa peau et ambitieux, se serai un euphémisme que de dire de Céleste qu’il n’aime pas le regard des autres, et la mise en scène. En réalité, ce n’est pas tant un amour qu’un besoin très violent. Il a besoin de l’admiration, la reconnaissance ou au moins l’attention d’autrui, peu importe par quels moyens, ni de qui il l’obtiendra, certains pourraient même qualifier ça de maladif. Depuis petit, n’ayant jamais eu ni l’attention de sa mère, et encore moins celle de son père, il a toujours été particulièrement mal dans sa peau et fragile. Du coup, pour pallier à ce manque il a trouvé très vite dans le regard des autres le seul remède apaisant son mal être.  

Parce que oui, malgré les apparences, et tout le mal qu’il se donne pour paraître sûr, fier, et heureux de lui, Céleste ne s’aime pas. Il déteste ses cheveux bruns qu’il teint, il déteste ses yeux verts qu’il voudrait bleu, il déteste son petit mètre soixante-sept, il ne supporte pas sa peau trop poreuse même si miraculeusement sans boutons, sans doute aidé par le soin qu’il en prend deux fois par jours. Il n’aime pas sa voix, pas assez douce ni assez grave, il ne supporte pas son caractère qu’il trouve trop faux, jamais assez authentique. Il déteste aussi le fait qu’il se trouve tout à fait idiot, voir stupide, qu’il n’apprend des choses que pour impressionner ses parents et jamais pour lui-même. Il ne supporte pas son égo très faible qui ne peut jamais encaisser énormément de coups sans qu’il ne veuille pleurer après la troisième critique, et le fait que rester seul lui est aussi insupportable que vieillir. Il a aussi la fâcheuse habitude de surveiller d'extrêmement près les repas qu'il mange, à des heures très exactes, et faire autant de sport que nécessaire pour ne surtout pas prendre un seul gramme.

Céleste est toujours dans l'expectative, le doute, et la peur de décevoir. Grand anxieux, il lui arrive de passer des nuits blanches à étudier pour ne pas rater de test totalement inutile, ou à marcher en rond autour de son lit comme un lion en cage, réfléchissant à l'organisation de ses journées, pour ne jamais faire de faux pas. Un tel stress l'entraînant parfois à fumer quand il n'est pas à l'école de la marie-jeanne, pour se détendre et relâcher un peu la pression.

Néanmoins il sait tout de même rester maître de lui même, et ne voudrait pour rien au monde inquiéter qui que se soit, parce que même ses amis ne connaissent pas tous les complexes de Céleste, si ce n'est carrément aucuns, il refuse d'être un boulet pour les gens qu'il aime, et tentera même plus de les aider et être un soutient très présent, du moment que le service est rendu de temps à autre. Une oreille très attentive, et se considérant de très (pas toujours) bon conseils, s'il vous aime assez il essayera même de vous acheter des cadeaux et vous gâter comme une maman poule, chose très rare pour le jeune homme n'aimant pas vraiment dépenser son argent sur quelqu'un d'autre que lui même.


   
Histoire
Pour parler correctement de Céleste, il faut tout d’abord brièvement discuter de ses parents, et particulièrement de sa mère. Elena, de son vrai nom Elżbieta, est née en Pologne d’une prostituée sans magie et d’un sorcier, celle-ci morte avant même que l’enfant puisse apprendre à marcher, et l’autre n’étant jamais revenu une seule fois. Elle fut de toute façon rapidement prise sous l’aile d’une connaissance, patronne de maisons aux Pays-Bas. Après une enfance saine et respectable dans un environnement peu commun, Elena se vit déménager avec sa mère d’adoption en France, pays d’origine de celle-ci, et changer de prénom, plus ou moins légalement. Une fois ses 11 ans arrivés, ayant montré des signes de magies assez discret tout le long de sa vie, ce fut à la surprise générale d’apprendre que les rideaux se refermant systématiquement tous les matins pour dormir plus longtemps, ou les vêtements toujours parfaitement pliés à peine sorti de la commode étaient en fait de la magie. De la vraie. Qui existe chez les gens, visiblement, malgré le mois et demi qu’Elena et sa mère mirent à l’avaler, pensant à une sale arnaque pour leur soutirer de l’argent, elle finit donc bon gré malgré à Beauxbâtons, pour se trouver une passion immense en prenant l’option de Rune.

Une fois sortie de l’école, après quelques années d’études pour approfondir son savoir sur lesdites runes et devenir traductrice, à 23 ans, elle se mis en tête de se prendre un sugar daddy. Au début, surtout pour renflouer ses comptes quand les opportunités de traductions ne venaient plus à elle, puis petit à petit, comme travail à part entière, par plaisir et une certaine nostalgie de son enfance. Les années passèrent, et après avoir remplacé un professeur à Poudlard, rencontrant par la même occasion le père de Céleste là-bas, celui-ci fut conçus par pur accident, la veille de son départ pour la France, son remplacement se terminant.  Elle n’était pas particulièrement amoureuse du jeune britannique de 15 ans son cadet, Elena voulait simplement s’amuser, et n’avait aucune envie de continuer sa vie avec lui, comme elle n’avait jamais voulu de toute sa vie devenir mère, ou tomber amoureuse de qui que ce soit.

C’est un beau jour de juin que Céleste est enfin venu au monde au coeur de Paris, accueilli avant même de trouver les bras de sa mère par le visage de son oncle, qui après avoir fouillé dans les lettres de son paternel, avait appris la grossesse d’Elena, et ne l’avait plus lâché depuis. C’est aussi lui qui pendant toute l’enfance de Céleste devint sa principale figure parentale. Sa mère l’aimait, et adorait s’occuper de lui, seulement quand elle en avait le temps. Et le temps, Elena faisait rarement de son mieux pour en aménager à Céleste, refusant catégoriquement de limiter sa vie très active. Mais pour lui il était difficile de se plaindre, parce qu’après tout, son oncle était constamment à ses côtés, il l’élevait parfaitement bien, comme un vrai père, si bien qu’encore aujourd’hui le jeune français le considère bien comme tel. Sa vie jusqu’à ses 4 ans se passa donc sans trop d’accros, entre son oncle lui apprenant tout sur son géniteur, aidant à creuser la fascination immense qu’avait déjà le petit garçon pour les étoiles, qui lui essuya les fesses et la bouche à ses babillages, lui appris à parler et marcher comme un grand et sa mère lui racontant des contes et des berceuses polonaises, pour l’habituer en même temps que le français et l’anglais à être en contact avec multiples langues, espérant ainsi l’aider pour son futur.

Ce fut le jour de ses 5 ans que son existence changea quelque peu. Tout d’abord, un voyage en urgence l’avait réveillé très tôt le matin, pour aller en Angleterre prendre un train très bizarre, et se retrouver au milieu de gens tout aussi étrange dans une maison qu’il ne connaissait pas ni des photos de son oncle, ni de ses histoires. Sa famille du côté paternelle, paraissait-il, son grand-père était mort aussi d’après ce qu’il réussissait à comprendre des voix tout autour de lui. Déjà, il ne savait pas pourquoi il y avait un monsieur en larmes dans les bras d’Elena, et encore moins quand celle-ci lui annonça avec autant de tact que possible, que le dit monsieur qui pleurait comme un gros bébé était son père, et non pas Ethelbert qui depuis le début de son existence, avait été bel et bien le seul qu’il avait appelé et appelait encore papa. Après cette annonce quelque peu choquante, Céleste tenta de son mieux d’approcher ce qui se trouvait visiblement être son paternel, dont il avait beaucoup entendu parler, mais jamais vu autre part que très jeune et en photo. Une terrible idée entre autre, parce que son père qu’il avait mis sur un piédestal, ce grand homme, astronome et un peu tête en l’air, ne compris même pas que le garçon était le sien, malgré les quinze minutes qu’Elena s’efforça à le lui faire rentrer dans le crâne, sans succès. Et ça, Céleste eu beaucoup de mal à l’avaler, que son propre père dont son oncle avait dit tant de bonne chose, et que sa mère semblait beaucoup apprécier, n’essaye même pas d’apprendre à le connaître, ou de faire attention à son simple prénom. C’était égoïste, vraiment égoïste, et puis, ça le rendait terriblement triste. Tellement triste qu’il en fit exploser toutes les vitres de la pièce où ils étaient enfermés, avant de partir en trombe se cacher sous une table pour ne plus sortir qu’une fois porté par son oncle précédé tout de même par dix minutes de lutte et de larmes.

Malgré ça, sa vie repris son cours, plus ou moins tranquillement. N’ayant plus de grands espoirs pour ce père qui ne l’avait même pas reconnu, il n’arrêta néanmoins pas de désespérément se jeter dans le cosmos et les études des planètes et des étoiles, des galaxies et de l’univers. Après tout, ce n’était pas parce que son géniteur était un nul et un irresponsable fini qu’il allait faire abandonner à Céleste l’une de ses passions. Sans compter qu’au fond, tout au fond de lui, il espérait bien qu’un jour, il puisse le revoir, et lui prouver qu’avec un talent pareil pour l’astronomie, il ne pouvait être que sa progéniture. Ce qui l’intéressa aussi énormément, cette fois pour que sa mère le remarque et passe plus de temps avec lui, ce fut le mannequinat pour enfant. Il était mignon, il était même beau, tout le monde le lui disait, on lui avait aussi assuré qu’il avait une très jolie voix, et qu’il savait bien se déplacer. Ni une, ni deux, après avoir supplié sa mère pas plus de cinq minutes, il fut inscrit à différents cours de danse classique, de chant, et dans une agence.

De tout ça, après avoir passé le cap de ses 8 ans, il ne garda que les cours artistiques, trois ans à faire des photos et poser pour différentes marques de vêtements plus ou moins connus, sans vraiment éveiller une once de fierté visible chez sa mère lui avait largement suffit, il avait bien assez de bonnes notes à ramener chaque trimestre pour rendre Elena heureuse sur trois générations. Céleste était aussi très sociale, et à cause de son oncle, extrêmement bavard dès qu’on lui adressait la parole. Se faisant énormément d’amis, il était très fréquent pour lui de dormir chez l’un, chez l’autre, d’être invités à tous les anniversaires possibles de sa classe, et développer un besoin croissant pour recevoir l’attention de tout le monde, dès que possible, et surtout, qu’elle reste positive.

Puis, une fois ses 11 ans atteint, et sa lettre d’admission à Beauxbâtons reçu, tout s’accéléra énormément. Déjà, les courses pour sa rentrée étaient probablement restées en lui comme l’un des meilleurs jours de sa vie. Elena avait pris sa semaine entière, rien que pour Céleste. Elle voulait être là, parce que pour elle, cette étape de sa vie ne pouvait être qu’extrêmement importante, et elle avait plus que tout envie de guider son enfant comme sa propre mère moldu n’avait jamais su le faire. En ces quatre mois de laps de temps avant la rentrée de semptembre, Elena se permis enfin de s’ouvrir totalement à son fils, lui racontant toutes ses histoires à l’école qu’elle avait aussi fréquenté, bien des décennies avant Céleste. Le terrible uniforme bleu ridicule, la différence fulgurante qu’il y avait entre cette école, et Poudlard dont lui parlait son oncle depuis sa naissance, le climat, les villages, ses histoires de cœurs et ses petites habitudes de tirer beaucoup de faveurs et de repas gratuit dès qu’ils avaient des permissions de sorties. « Je n’ai jamais fait autant d’économie que quand j’étais à Beauxbâtons, tu sais. Avec tes beaux yeux, tu pourrais essayer de suivre la même lignée que ta mère. »

De par la suite, peu de choses extraordinaires se sont passés en 5 ans. Céleste eu somme toute une scolarité très banale si ce n’est très bonne pour certaines matières le fascinant, encore plus après avoir enfin pu choisir les cours optionnelles dont il rêvait depuis son arrivé ici, mélangeant avec beaucoup d’amour à ses heures perdus la divination et l’astronomie pour écrire ses propres horoscopes privés. N’étant pas plus populaire qu’un autre, mais extrêmement sociale, il fit de son mieux pour avoir autant d’amis que possible, et ne jamais se retrouver seul à un moment de la journée, changeant au gré du vent et de ses besoins de compagnon, profitant pleinement désormais de sa vie d’adolescent.

 
derrière l'écran

   
Pseudo
Edgar/Céleste/Lys/Regu comme tu veux mdude
Âge
18 going on 19
Sexe
DOOM
Comment as-tu découvert le forum ?
Quelqu'un me l'a jeté dessus j'ai pas su dire non
Suggestion
Les sucettes à l'anis d'Annie donnent à ses baisers un goût anisé  coeur

     
J'aime beaucoup les chansons de vieux, parfois j'ai l'impression d'être né dans les années 20,
puis y a des moments où j'écoute Confessions Nocturnes et Bella sans aucunes formes de respect à minuit et demi. Je fais jamais de rp plus court que 700 mots (hormis TRES TRES RARES OCCASIONS) parce que sur mon tout premier forum on m'a appris que quality = quantity, ça va faire 9 ans j'ai toujours pas perdu l'habitude mdr. En parlant de rp, je les écrit beaucoup mieux que je rédige mes préso promis
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Avis
compte fondateur
Messages : 216
Date d'inscription : 08/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 12 Oct - 0:58
BIENVENUE SUR LE FORUM
Oh là là attention à pas rendre des filles jalouses à essayer de faire tourner des têtes, ça serait fâcheux. huhu mais voyons, c'est très bien d'être mesquin envers les gens qui nous pourrissent la vie, parce que le mal c'est le bien. oui oui. toutàfé. surtout de parler très franchement, ça c'est ce qu'il faut dans ce monde. justright
et oh, s'il te plait, c'est quoi cet ingrat qui s'intéresse même pas à son kid ? offended je refuse, c'est inacceptable, c'est immoral. je. non. voilà. srs

Tu peux recenser ton avatar, faire une demande de liens dans ce sujet, n'oublie pas de créer ton cours/t'inscrire aux cours et si le coeur t'en dis, trouver ta place dans l'un des clubs de l'école !
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Beauxbâtons :: Gestion du sorcier :: Presentations et Predefinis :: Présentations validées-
Sauter vers: